Calendrier
des rencontres

< Juillet 2014 >

dim lun mar mer jeu ven sam
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31
Nouvelles Estacades


Estacades : Hockey Midget AAA

LHJMQ

Hockey Québec

Nouvelle

Retour aux nouvelles / Un exemple de persévérance
Jeudi 07 juillet 2011

                   

 

          35_Gabriel_Forcier

L’histoire du gardien de but Gabriel Forcier est digne des plus grands scénarios d’Hollywood. Ancienne propriété des Cantonniers de Magog Midget AAA, le jeune adolescent originaire de Drummondville a eu le malheur d’être retranché vers la fin du camp d’entraînement, en août 2010. Au lieu de se laisser abattre par cette injustice, Gabriel a décidé de redoubler d’ardeur…et il a gagné son pari !

« Ce fut très difficile d’être retranché lors du dernier jour du camp d’entraînement » commence-t-il par admettre. « Je m’étais entraîné très fort durant l’été afin de jouer à Magog. Ça n’a pas été facile à prendre, mais avec le recul, je crois avoir grandi de cette aventure ». 

Les jours qui ont suivi cette coupure ont été difficiles pour Gabriel, et ce, même s’il avait « espoir de se trouver un boulot ailleurs ». Le portier de 5’10 ½ et de 137 livres a finalement reçu un appel de l’entraîneur-chef des Estacades de Trois-Rivières. Gilles Bouchard a décidé de lui confier le poste de gardien auxiliaire à Antoine Bibeau. « C’est mon père qui m’a annoncé la nouvelle. J’ai sauté de joie étant donné que je connaissais très bien la ville et que ma mère y résidait » raconte-t-il.

C’est un Gabriel Forcier surexcité qui est débarqué à Trois-Rivières, quelques jours avant le début de la saison régulière. « Je connaissais très bien l’endroit » rappelle-t-il. « J’avais fait mon primaire à Trois-Rivières, ma mère y résidait encore et ce n’était pas très loin de Drummondville ». Avec quelques connaissances au sein de l’édition 2010-2011, Forcier s’est senti à son aise dès le départ. « Je connaissais déjà quelques joueurs lorsque je suis arrivé. Ça m’a aidé à m’intégrer plus rapidement. J’avais hâte que ça commence » avoue le sympathique jeune homme.

Gabriel a eu un début de saison difficile. Malgré tout, il a persévéré et n’a jamais abandonné. « J’ai eu des débuts difficiles » a-t-il admis. « Plus la saison a progressé, plus j’ai pris confiance en mes moyens et après la pause des fêtes, je n’étais plus le même ».

Son coéquipier Antoine Bibeau a eu un grand impact sur ses performances. Le nouveau gardien de but des Olympiques de Gatineau (LHJMQ) a joué un rôle de grand frère auprès de Forcier. « Il m’a aidé tout au long de la saison » reconnait celui qui a terminé la saison régulière avec une fiche de 6 victoires, 9 défaites et une autre en tirs de barrage. « À chaque instant où j’avais besoin de lui, il était là. Il a été un vrai modèle pour moi ».

Le point tournant de la saison de Gabriel Forcier ? Les séries éliminatoires de la coupe Jimmy-Ferrari et de la coupe Dodge. Suite à une blessure subie par Bibeau lors du premier tour éliminatoire, Gilles Bouchard a confié le filet au # 35. Il a su faire ses preuves et...attirer l’attention des dépisteurs. « J’ai démontré beaucoup de caractère lors des séries » croit-il. « Ça m’a permis de me faire remarquer par les recruteurs ».

Lors du dernier repêchage de la LHJMQ, tenu à Victoriaville, l’admirateur de Marc-André Fleury a vécu un moment qu’il n’est pas près d’oublier : il a été sélectionné par les Voltigeurs de Drummondville, l’équipe de sa ville natale, lors du 5e tour, 84e total. « C’était très stressant » se souvient Gabriel. « Lorsque j’ai entendu mon nom être prononcé, j’étais extrêmement soulagé ». Malgré le peu d’appels qu’il a reçus lors des journées qui ont précédées l’évènement, Forcier était confiant d’être recruté.

Le principal intéressé admet avoir vécu un sentiment incroyable lorsqu’il a enfilé le chandail et la casquette des « Rouges ». « C’était un sentiment incroyable. Le plus beau que je n’ai jamais eu de toute ma vie. Pour moi, enfiler le chandail des Voltigeurs, a toujours été un rêve » mentionne-t-il.

Celui qui possédait des billets de saison des Drummondvillois depuis l’âge de 10 ans ne vise rien de moins qu’une place au sein de la formation partante de Mario Duhamel en 2011-2012. « J’espère avoir une place au sein de l’équipe dès cette saison. Si ce n’est pas le cas, je veux être un gardien dominant dans le Midget AAA et ensuite, m’établir dans la LHJMQ ».

Cependant, s’il veut avoir une véritable chance de percer l’alignement, il devra prendre un peu de poids, lui qui fait osciller la balance à 137 livres. Par contre, il assure qu’en tant que gardien de but, la grosseur n’est pas l’élément le plus essentiel à la réussite. « En tant que gardien de but, le poids n’est pas un facteur aussi essentiel que pour un joueur. L’important, c’est d’arrêter la rondelle » analyse-t-il. 

Afin de couronner une fin de saison de rêve, Gabriel a mis la main sur le trophée André-Gingras, remis au joueur qui a eu la meilleure implication sociale tout au long de la campagne. Celui qui a été entraîneur-adjoint des Estacades de Trois-Rivières Atome BB croit que c’était important de donner de son temps à ces jeunes. « Je suis très heureux d’avoir remporté ce prix. En fait, c’est ma récompense d’avoir été entraîneur durant toute l’année. C’était important pour moi de m’impliquer car ces jeunes là sont la relève de demain ».

Et en guise de conclusion, qui de mieux que Gabriel afin de prodiguer quelques conseils aux jeunes hockeyeurs qui auraient à vivre ce qu’il a vécu récemment ? « Il ne faut jamais baisser les bras. Tôt ou tard, si tu as vraiment un bon potentiel, il y aura quelqu’un qui va le remarquer. Il ne faut jamais abandonner » conclut-il.

Et il n’y a pas meilleure exemple que lui !


Simon Bédard, collaboration spéciale Estacades de Trois-Rivières